Radio Cypres ?

Désormais, notre page YouTube vous permet d’écouter des plages entières de nos albums. L’Oreille de Mélanie sera le premier à vous emmener en promenade, de Bach à Romitelli en passant par DJ Grazzhoppa…

melanie_cover03

Publicités

CYP9619 L’Oreille de Mélanie

SORTIE MARS 2017

En vous offrant cette compilation, vous soutenez la recherche en musicothérapie au sein des Cliniques universitaires Saint-Luc : vente en ligne directe.

L’Oreille de Mélanie est un intense voyage musical en hommage à la passionnée de musique qu’était Mélanie Defize (4 octobre 1986 à Huy – 22 mars 2016 à Maelbeek).

cyp9619_coverlow

Ici-bas, Mélanie Defize n’est plus, disparue dans l’attentat du métro Maelbeek à Bruxelles le 22 mars 2016. Mais sa présence toujours vive, son espièglerie et sa curiosité nous inspirent une promenade musicale au gré de ses coups de cœur et des nôtres, comme pour la surprendre encore.

Mélanie travaillait pour le label Cypres depuis 2012. Passionnée de musiques anciennes, elle s’était intéressée à l’émergence d’une conception vocale pour les voix féminines, à travers les madrigaux de Maddalena Casulana, première compositrice occidentale à avoir été publiée.

Cette jeune violoniste baroque de 29 ans, musicologue et férue de musicothérapie, restait une chercheuse insatiable et préparait le diplôme universitaire d’Histoire de la médecine à Paris Descartes : au sein de cet institut, elle était une musicologue parmi les cardiologues, une femme parmi les hommes. Ouverte à tous les genres musicaux, soucieuse des interprètes et des compositeurs, Mélanie butinait avec sérieux l’art, la science et la vie.

L’Oreille de Mélanie est le premier album de la collection Cypressentiel qui distillera désormais les indispensables du label, les CD qu’on emporterait sur une île déserte, les coffrets d’art ou les compilations insolites. Nous le lui dédions avec la même joie, qu’espérons-le, elle aurait eue à le découvrir.

Une promenade musicale

L’Oreille de Mélanie est une promenade musicale de 77 minutes, un itinéraire libre et sensible qui nous rappelle Mélanie, ses goûts éclectiques, sa drôlerie et son intelligence.

Elle aimait le baroque, les voix féminines des pièces de Maddalena Casulana, les couleurs chatoyantes des ensembles Huelgas et Accordone, les belles envolées violonistiques, le clavecin « sauvage », les folles cavalcades des pianos de Prokofiev et Moussorgski,… et tout autant le reggae brésilien, le tango de Gardel revisité par José van Dam ou la variété anglaise et francophone.

Les déambulations de cet album sont aussi les nôtres, dans l’audace et l’émotion : qu’aurait-elle pensé de la présence de Drowning girl de Romitelli qui nous étreint à son souvenir ? Aurait-elle souri en écoutant Les amies de Mélanie, d’Alain Chamfort ?

Nous lui avons réservé trois inédits de Cypres à paraître cette année, et puisé chez des labels amis des titres qu’elle défendait, aurait aimé produire ou qui l’auraient touchée.

Aussi nous remercions tous les artistes, de Cypres et d’ailleurs, qui ont chaleureusement accepté de figurer sur cet hommage musical.

Une part des bénéfices de la vente de cet album sera versée  à la recherche en musicothérapie au sein des Cliniques universitaires Saint-Luc, en accord avec les convictions et l’engagement de Mélanie.

tracklist_cyp9619

TRACKLIST

  1. Dos estrellas le seguen (romance a 2, 3 & 4)Manuel Machado (ca. 1590-1646) La Oreja de Zurbarán/CYP1669 (2014) – Huelgas Ensemble, Paul Van Nevel – 3’54’’
  1. Morir non può il mio core Maddalena Casulana (ca. 1544-1590) – I canti di Euterpe : Composizioni femminili XVI – XVII secolo/La Bottega Discantica BDI37 (2011) – Ensemble Laus Concentus –  1’23’’
  1. Flow my tears, tanhamero demo’i – John Dowland (1563-1626) – Divine Madness / Souls in exile / CYP1670 (2013) – Clare Wilkinson (mezzo-soprano), Moneim Adwan (oud et voix), Sofie Vanden Eynde (luth) – 4’10’’
  1. Können Tränen – Fabrizio Cassol / Inspiré de la Passion selon saint Matthieu de Jean-Sébastien Bach – Pitié !/CYP0604 (2008) – Cristina Zavalloni (mezzo), Magik Malik (voix), Melissa Givens (soprano), Michel Hatzigeorgiou (bass fender), Alexandre Cavalière (violon), Philippe Thuriot (accordéon), Lode Vercampt (violoncelle) – 3’58’’
  1. Hellucination 1, Drowning girl – Fausto Romitelli (1963-2004) – An Index of Metals/CYP5622 (2005) – Donatienne Michel-Dansac (soprano), Ictus, direction Georges-Elie Octors – 7’48’’
  1. Gnomus – Modeste Moussorgski (1839-1881) – Tableaux d’une exposition/CYP1675 (2016) – Claire Chevallier (piano Becker 1875) – 2’37’’
  1. Scène 5 – Philippe Boesmans (°1936) – Au monde/CYP4643 (2015) – Stéphane Degout (baryton), Orchestre symphonique de la Monnaie, direction Patrick Davin – 0’54’’
  1. Lejana tierra mía – Carlos Gardel (1890-1935) – José van Dam meets Carlos Gardel/CYP1671 (2014) – José van Dam (baryton-basse), Jean-Philippe Collard-Neven (piano), Jean-Louis Rassinfosse (contrebasse) – 4’11’’
  1. Les amies de Mélanie – Alain Chamfort – Le Plaisir/DELABEL 072435914912 7 (Parlophone 2003) – 4’00’’
  1. Rio Liège – Greg Houben – Un Belge à Rio – © Allume la Mèche (textes Greg Houben, musique/arrangements Greg Houben et Cédric Raymond / inédit) 4’46’’
  1. Mergulho bomBrincantes/CYP0609 (à paraître 2017) Anavantou (Sébastien Willemyns / Nino Karvan & canto de capoeira) – 4’54’’
  1. Music from the hotdog standManu Louis – Kermesse Machine/Iglectic IG281 (2016) – 4’15’’
  1. Sonate n°2, op.14 : Scherzo, Allegro marcato – Sergeï Prokofiev (1891-1953) – Complete piano sonatas/CYP1674 (2015) – Stephane Ginsburgh (piano) – 2’02’’
  1. Pars III : Et erit post haec : effundam – Guido Morini (°1959) – Vivifice spiritis vitae vis/CYP1656 (2008)Accordone (Marco Beasley, ténor / Elisabetta de Mircovich, soprano / Claudia Caffagni, alto / Helicon, chœur / Euterpe, chœur / Geert Hendrix, maître de chœur) – 6’22’’
  1. La frangipana a due violoni, op.2 – Giovanni Legrenzi (1626-1690) – Sonate e balletti/Ricercar RIC356 (2016) – Clematis – 3’49’’
  1. Les sauvages – Jean-Philippe Rameau (1683-1764) Les sauvages/CYP1672 (2015) Béatrice Martin (clavecin) – 2’19’’
  1. Say YeahDJ Grazzhoppa’s DJ BIGBAND + AKA MOON/CYP0606 (2010) – Monique Harcum (voix) – 3’15’’
  1. Nikriz Nihavend Taksim The Book of Lovers, CD1/CYP1677 (à paraître 2017) – Derya Türkan (kemençe), Lâmekân Ensemble – 2’42’’
  1. Concerto pour violon n°1 en ré majeur, op. 6 (1817) : Adagio espressivo – Niccolò Paganini (1782-1840) – Concertos pour violon/CYP9605 (1997) – Philippe Hirshhorn (violon), Orchestre National de Belgique, direction René Defossez – Finale du Concours Reine Elisabeth 1967 –  4’36’’
  1. Ostinato vo’seguire – Marco Cara (1479-1527) – Frottole/CYP1643 (2005) – Accordone, Marco Beasley – 3’21’’
  1. Le piano de Mélanie – Yves Duteil – J’ai la guitare qui me démange/Les éditions de l’Écritoire/Eco Music/1980 – 1’34’’

UN HOMMAGE À MÉLANIE DEFIZE

À travers cette dédicace, c’est aussi à toutes les victimes de l’ignorance et de la barbarie que nous souhaitons rendre hommage.

Extraits du livret

Comme les artistes et les labels qui ont gracieusement participé à cet hommage, quelques-uns de ses amis ont contribué à la rédaction du livret : lettre, photographie, pensée, dessin tendres et discrets.

benoit-van-innis

© Benoît van Innis, « Portrait », Station de métro Maelbeek / La larme est un ajout spontané à l’œuvre originale, initiative anonyme née dans l’émotion de la journée du 22 mars 2016, effacée par la suite puis redessinée pour notre album.

camille

Une telle proposition musicale est forcément subjective : à son oreille se juxtapose la mienne, s’y ajoutent des suggestions qui font résonner en moi sa personne, racontent une histoire et appellent des sentiments divers : bonheur, intensité, tristesse, douleur de l’absence.

(…)

Une musique vive, intense, un brin irrévérencieuse, telle que Mélanie m’est apparue le soir du 21 mars 2016.

Cédric HustinxL’écho de la grâce

robert

(…) Tu es partie, d’un pas léger, un matin de printemps, mystérieux et drôle petit violon baroque. Et la seule qui soit indicible, à bien y réfléchir, c’est toi.

Mais qu’à cela ne tienne, car pour moi, pour nous, tu es dans les silhouettes délicates aperçues à contre-jour, tu es dans le Baiser de Magritte, tu es dans la lumière telle que l’exaltent les caravagistes (et pas seulement les Flamands). Tu es dans chaque petite fleur pourpre qui éclot, tu es dans chaque petit Bouddha, pas si tranquille mais ô combien rieuse et bienveillante. Tu es dans chaque gorgée de vin d’Arbois, dans chaque calembour abscons sur Schubert ou Zola, dans chaque bière spéciale qui fait chavirer un peu vite. Tu es dans chaque matin frais, tu es dans chaque fugue des Sonates pour violon seul de Bach, tu es dans chaque petit chat noir primesautier croisé. Tu es dans l’Ecume des jours et dans les Petites Musiques de nuit, et contre cela personne, personne ne peut rien. (…)

Hélène Musquar DelanchyLettre à Mélanie